Radicalisation chez les « Amora »

Radicalisation chez les « Amora »

Les syndicats vont l’utiliser tout au long du conflit qui les oppose moins à leur direction qu’à leur propriétaire depuis 2000, Unilever, bénéficiaire en 2008
à hauteur de 5,3 milliards d’euros. L’intersyndicale alerte pouvoirs publics et élus locaux, qui répondent présents indépendamment de leur étiquette.
François Rebsamen, sénateur-maire PS de Dijon, va jusqu’à traiter Unilever de « prédateur » et « cogère » la
communication de crise. Cette mobilisation trouve son point d’orgue lors de la manifestation du 6 décembre (3.500 personnes). Les « Amora » remportent la bataille du coeur.
Le couple mairie-intersyndicale organise une exposition – « Il n’est de moutarde que de Dijon » (15.000 visiteurs) -, lance une pétition (25.000 signatures), etc. Cela
n’empêche pas la procédure du plan social de s’engager et de bloquer sur le montant des indemnités.

Grande nervosité

Confrontés désormais à une grande nervosité de leurs troupes, les syndicats ont décidé depuis ces quinze derniers jours de radicaliser les actions, en
occupant le site de Chevigny-Saint-Sauveur et en empêchant toute livraison. Hier, à quelques heures de la fin de la procédure de consultation, une soixantaine de
salariés ont réalisé une opération coup de poing dans un hypermarché de Dijon.

DIDIER HUGUE, Les Echos

Leggi Anche
Scrivi un commento