Coopératives agricoles : Domagri va fusionner avec Limagrain

Coopératives agricoles : Domagri va fusionner avec Limagrain

Nouveau mouvement de consolidation en vue dans la coopération céréalière. Domagri et Limagrain “envisagent un rapprochement” ont annoncé ce lundi les deux
groupes coopératifs dans un communiqué, qui précise par ailleurs que “les conseils d’administration se sont déclarés à l’unanimité favorables au
principe” du projet en cours.

L’alliance, qui doit être formalisée en fin de l’année, peut apparaître déséquilibrée : Limagrain, premier semencier européen et
numéro 4 mondial, est fort d’un chiffre d’affaires global de 1,2 milliard d’euros, tout en n’affichant que 600 adhérents, tandis que Domagri revendique 3.700 adhérents mais
ne réalise annuellement que 88 millions d’euros de ventes.

Mais l’objectif de la fusion est avant tout local. Il s’agit de “renforcer les assises des deux groupes” en Auvergne, leur berceau, et “d’assurer un avenir aux agriculteurs” auvergnats.

Domagri réalise en effet 100% de son chiffre d’affaires dans la région ; Limagrain, plus international, à peine 10%. Les deux coopératives ont toutefois en
commun des outils de production et des adhérents, et sont complémentaires tant dans les productions végétales – Domagri étant plus axée sur le
blé, Limagrain davantage tournée vers le maïs – que les productions animales, ou les loisirs verts, métiers dont est absente Limagrain. “Les métiers
propres à chacune des structures seront non seulement maintenus mais consolidés (…). Il n’y aura pas de remise en cause des partenariats bilatéraux existants entre nos
coopératives et d’autres sociétés” précise le président de Domagri, Michel Delsuc.

Chaque groupe emploie localement, dans l’agro-production, quelque 250 personnes. Les modalités de fonctionnement du futur ensemble devraient être communiquées au “cours des
prochaines semaines” mais Limagrain précise d’ores et déjà envisager d’absorber sa filiale Maïcentre à l’occasion de l’opération.

Quoi qu’il en soit, l’ensemble des adhérents des deux groupes se prononceront sur le projet de rapprochement lors des assemblées générales de la fin de
l’année.

Les Echos

Coopératives agricoles : Domagri va fusionner avec Limagrain

Coopératives agricoles : Domagri va fusionner avec Limagrain

Nouveau mouvement de consolidation en vue dans la coopération céréalière. Domagri et Limagrain “envisagent un rapprochement” ont annoncé ce lundi les deux
groupes coopératifs dans un communiqué, qui précise par ailleurs que “les conseils d’administration se sont déclarés à l’unanimité favorables au
principe” du projet en cours.

L’alliance, qui doit être formalisée en fin de l’année, peut apparaître déséquilibrée : Limagrain, premier semencier européen et
numéro 4 mondial, est fort d’un chiffre d’affaires global de 1,2 milliard d’euros, tout en n’affichant que 600 adhérents, tandis que Domagri revendique 3.700 adhérents mais
ne réalise annuellement que 88 millions d’euros de ventes.

Mais l’objectif de la fusion est avant tout local. Il s’agit de “renforcer les assises des deux groupes” en Auvergne, leur berceau, et “d’assurer un avenir aux agriculteurs” auvergnats.

Domagri réalise en effet 100% de son chiffre d’affaires dans la région ; Limagrain, plus international, à peine 10%. Les deux coopératives ont toutefois en
commun des outils de production et des adhérents, et sont complémentaires tant dans les productions végétales – Domagri étant plus axée sur le
blé, Limagrain davantage tournée vers le maïs – que les productions animales, ou les loisirs verts, métiers dont est absente Limagrain. “Les métiers
propres à chacune des structures seront non seulement maintenus mais consolidés (…). Il n’y aura pas de remise en cause des partenariats bilatéraux existants entre nos
coopératives et d’autres sociétés” précise le président de Domagri, Michel Delsuc.

Chaque groupe emploie localement, dans l’agro-production, quelque 250 personnes. Les modalités de fonctionnement du futur ensemble devraient être communiquées au “cours des
prochaines semaines” mais Limagrain précise d’ores et déjà envisager d’absorber sa filiale Maïcentre à l’occasion de l’opération.

Quoi qu’il en soit, l’ensemble des adhérents des deux groupes se prononceront sur le projet de rapprochement lors des assemblées générales de la fin de
l’année.

Les Echos

Leggi Anche
Scrivi un commento