Lait: Bongrain demande une baisse des prix du lait à la production

Lait: Bongrain demande une baisse des prix du lait à la production

La “priorité” du groupe est d’obtenir “un ajustement” du prix du lait versé
aux producteurs, a déclaré son directeur général, Pascal Breton, lors d’une
conférence de presse organisée à la suite de la publication des résultats
annuels du groupe.
Bongrain a enregistré une chute de son bénéfice 2008 de 76,5% à 38 millions
d’euros. Celle-ci est due en partie à une baisse des ventes dans certaines
régions du monde comme l’Espagne, la Grande-Bretagne, l’Europe de l’Est ou
encore les Etats-Unis, mais surtout à la dégringolade des cours mondiaux des
produits industriels (poudre de lait, beurre et lactosérum).
“Le prix du lait en France est le plus élevé au monde”, a affirmé M. Breton
avant d’ajouter qu'”il n’est pas envisageable que le prix français soit
différent de celui pratiqué dans les autres pays européens”.
Cet “ajustement incontournable” doit prendre en compte les cours mondiaux
des produits industriels, selon M. Breton qui demande aussi une “réactivité”
plus importante au marché, également touché par la crise.
Après le géant français Lactalis, numéro un européen du fromage, qui avait
fait valoir “la pesanteur du marché des produits industriels”, c’est donc au
tour de Bongrain de demander une baisse des prix.
La semaine dernière, la fédération nationale de l’industrie laitière
(FNIL), qui regroupe tous les industriels, avait elle aussi demandé une
révision des prix.
Ces prises de positions successives interviennent alors que producteurs et
industriels doivent se mettre d’accord sur les indicateurs qui serviront à
fixer les tarifs.
Cette nouvelle grille, qui doit être discutée au sein du Centre national
interprofessionnel de l’économie laitière (Cniel), prendra effet à partir
d’avril.
“Nous espérons des indicateurs pour la fin mars mais on ne peut pas le
garantir”, a déclaré Robert Brzusczak, directeur général délégué de Bongrain.
Ce dernier n’a pas souhaité indiquer quels prix devraient être pratiqués.
Pour le premier trimestre 2009, le prix versé aux producteurs était de 320
euros pour les 1.000 litres en France, contre 200 à 250 euros (pour 1.000
litres) dans les autres pays européens, selon les chiffres avancés par
Bongrain.
En 2008 le prix du lait français a augmenté de 17% alors que dans le même
temps les produits industriels se sont effondrés. Bongrain cite l’exemple de
la poudre de lait qui en 18 mois a vu ses prix passer de 3.600 à 1.250 euros.
Parallèlement le marché mondial a souffert d’une surproduction du lait qui
selon le groupe a atteint 3,6 milliards de litres en 2008 alors que les stocks
mondiaux ont retrouvé leurs niveaux de 2002.
Autre explication à cette destabilisation des marchés, l’arrivée massive
des Etats-Unis qui ont considérablement augmenté leurs exportations grâce à la
faiblesse du dollar. Pour le lait en poudre, par exemple, celles-ci ont
atteint 371.000 tonnes en 2008, contre 236.000 tonnes l’année précédente.

AFP

Leggi Anche
Scrivi un commento