Opportunités agricoles en Europe orientale

 

La production agricole devrait augmenter de manière significative, cette année, dans la Fédération de Russie et en Ukraine du fait des prix plus
élevés des produits alimentaires qui ont conduit à une expansion des superficies consacrées aux céréales, selon la FAO.

Les rendements ont également augmenté dans ces deux pays, et la FAO prévoit des récoltes céréalières exceptionnelles en 2008.

Le bon côté de la hausse

“Cela prouve clairement que des prix plus élevés peuvent être une opportunité pour la communauté des agriculteurs”, a affirmé aujourd’hui Charles
Riemenschneider, directeur du Centre d’investissement de la FAO, à l’ouverture d’une réunion de deux jours, à Paris.

Cette réunion groupe des représentants des institutions financières internationales et des donateurs actifs dans le secteur agricole en Europe centrale et orientale,
dans le Caucase et en Asie centrale. L’objectif est d’explorer les moyens de stimuler le potentiel agricole de la région.

La réunion, parrainée par la FAO, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et la Banque mondiale, est accueillie par le
Crédit Agricole.

Une réunion FAO-BERD en mars à Londres avait souligné l’existence d’un potentiel significatif de production agricole inexploité en Europe orientale et dans la
Communauté des États indépendants (CEI).

Les deux organisations avaient indiqué que pas moins de 13 millions d’hectares pourraient être remis en culture dans la région.

Selon les dernières prévisions de la FAO, ce potentiel commence déjà à être réalisé, avec une production totale de blé en
2008 dans l’ensemble des pays CEI européens qui devrait s’élever à plus de 73 millions de tonnes, soit 13 % de plus que la bonne récolte de 2007.

Cela reflète de bonnes conditions de culture en Russie et en Ukraine, les deux principaux producteurs agricoles de la région, et une expansion des surfaces emblavées
dans la région. On estime qu’elles ont augmenté de 2,4 millions d’hectares, atteignant 33,8 millions d’hectares.

Uniquement pour la Fédération de Russie, la superficie totale semée pour les céréales (blé, céréales secondaires, riz) pour la
saison 2008 devrait couvrir près de 46 millions d’hectares – 2,6 millions d’hectares de plus qu’en 2007, selon le rapport de la FAO Perspectives de récoltes et
situation alimentaire
de juillet 2008.

“En mars 2008, nous avons discuté des opportunités pour augmenter la production agricole, et nous pouvons voir à travers ces chiffres que les bénéfices
traduisent déjà ce qui pourrait faire une réelle différence sur les marchés mondiaux”, a précisé M. Riemenschneider.

“Ces deux pays ont des excédents céréaliers exportables significatifs, mais des investissements à plus long terme sont nécessaires pour s’assurer que
cette réponse de l’offre est durable.”

Préoccupation persistante

“La situation actuelle des marchés mondiaux agricoles demeure une source de préoccupation et il est vital d’augmenter la production mondiale”, affirme, de son
côté, Gilles Mettetal, directeur des agro-industries de la BERD.

“La BERD a un rôle important à jouer en aidant notre région à exploiter pleinement son potentiel et contribuer à satisfaire la demande alimentaire
mondiale croissante. La Banque s’est engagée à soutenir les indispensables investissements à long terme le long de la chaîne d’approvisionnement pour
développer ce potentiel d’une manière durable.

“Ceci comprend des investissements non seulement dans la transformation agricole, mais également dans les infrastructures, les capacités de stockage et la logistique,
où des goulots d’étranglement significatifs persistent.”

Maximiser l’investissement

La réunion de cette semaine est organisée par EastAgri, un réseau d’institutions de financement, y compris des banques privées, qui se sont
engagées à améliorer leurs portefeuilles d’investissements dans l’agriculture et l’agro-industrie à travers le partage d’informations.

EastAgri fondé par la FAO, la BERD et la Banque mondiale est géré par le Centre d’investissement de la FAO.

Outre l’exploration des possibles opportunités pour la Fédération de Russie et l’Ukraine, la réunion engagera également des discussions sur les
instruments de financement et de gestion des risques agricoles dans la région; sur la valorisation des produits agricoles régionaux avec de bonnes pratiques agricoles, des
labels de qualité et des indications géographiques; et sur les approches participatives au développement rural dans les Balkans occidentaux.

“En favorisant les partenariats et la collaboration entre les institutions du secteur public et privé qui investissent dans la région, EastAgri joue un rôle central en
s’assurant que ces investissements se complètent et contribuent à améliorer la performance le long de la chaîne agroalimentaire”, a déclaré M.
Riemenschneider.

Leggi Anche
Scrivi un commento