Cadbury optimiste pour 2009, malgré la crise

 

Le groupe britannique de confiserie Cadbury a dit mercredi viser une croissance dans le bas d’une fourchette de 4 à 6% cette année, malgré un climat
économique déprimé, après avoir vu son activité et son bénéfice imposable progresser fortement l’an dernier.

Cadbury, qui produit des marques aussi connues que Carambar, Kréma, La Pie qui chante, Malabar, Vichy, les cachous Lajaunie, Hollywood, Stimorol, Kiss Cool ou Poulain, a vu son
chiffre d’affaires grimper de 15% sur l’exercice écoulé, à 5,384 milliards de livres, et son bénéfice imposable a bondi de 57%, à 400 millions.

La marge opérationnelle a progressé de 150 points de base, à 11,9%.

En revanche, le bénéfice net part du groupe a reculé de 10%, à 364 millions de livres, en raison d’une moins bonne performance de la division de boissons
américaines, qui a été introduite l’an dernier à la Bourse de New York, sous le nom de Dr Pepper Snapples Group (DPSG).

Le groupe britannique a par ailleurs indiqué qu’il comptait boucler d’ici fin avril la vente de sa branche de boissons en Australie au japonais Asahi, annoncée en
décembre, qui complètera son retrait du marché des boissons. Il avait commencé un processus de recentrage dans la confiserie avec la vente fin 2005 de ses
activités de boissons en Europe.

Concernant ses perspectives, le groupe s’est montré optimiste, indiquant que «même si nous ne sommes pas immunisés contre l’affaiblissement de l’environnement
économique, (…) nous prévoyons de dégager une croissance dans le bas de notre objectif compris allant de 4 à 6%, et de faire des progrès en
direction de notre objectif d’une marge opérationnelle autour de 15% d’ici 2011».

«Les résultats de Cadbury montrent qu’en ces temps de crise, on peut au moins compter sur le chocolat pour se remonter le moral», a plaisanté Manoj Ladwa,
courtier chez ETX Capital, en ajoutant plus sérieusement que «bien que le bénéfice net soit moins élevé qu’attendu, les investisseurs n’ont pas
de quoi se plaindre entre ces résultats dans l’ensemble solide, et le relèvement du dividendeK, qui a été augmenté de 6%.

«Même si Cadbury ne devrait pas être épargné par le climat négatif, ses campagnes de marketing brillantes et sa bonne situation financière
devrait le maintenir sur une bonne pente», a-t-il ajouté.

 

Leggi Anche
Scrivi un commento