Pernod Ricard lance de nouveaux produits

 

ernod Ricard lance de nouveaux produits cette année pour stimuler sa croissance en dépit d’une conjoncture morose, ont déclaré des responsables jeudi.
Le deuxième groupe mondial de vins et spiritueux lance une vodka Absolut à la mangue, un rhum brésilien de Seagram et le Beefeater 24, une version haut de gamme de
la marque de gin.
Le Beefeater 24, déjà en vente en Grande-Bretagne et en Espagne, arrive maintenant aux Etats-Unis, tandis que l’Absolut Mango, d’abord commercialisée aux
Etats-Unis, sera lancée mondialement le mois prochain. Le nouveau rhum de Seagram sera lancé sur le marché américain seulement, en mai.
“L’innovation aux Etats-Unis est plus importante que sur certains autres marchés”, a dit le directeur financier Emmanuel Babeau, ajoutant que pour l’instant la récession
n’avait pas remis en cause les efforts d’innovation du groupe.
Babeau a ajouté que Pernod était focalisé sur le remboursement de la dette générée l’an passé pour l’acquisition d’Absolut moyennant
5,63 milliards d’euros. Il a ajouté que le groupe ne comptait pas opérer d’acquisitions ou racheter des titres à court terme et qu’il continuerait de verser son
dividende régulier.
Pernod Ricard a annoncé ce mois-ci une hausse de 24% de son résultat opérationnel courant (ROC) au premier semestre 2008-2009, résultat imputable notamment
à l’intégration du suédois Vin & Sprit.
Il a cependant révisé son objectif de croissance interne du ROC courant annuel à une fourchette de 5% à 8% contre 8% prévu jusqu’à
présent en raison du manque de visibilité de la conjoncture.
“Les mois qui viennent seront difficiles, plus difficiles que ce que le secteur a observé pendant des années, c’est certain”, a encore dit Babeau. “Mais la
spécificité de cette industrie et la force de Pernod Ricard font que selon nous, dans cet environnement très difficile, nous devrions nous en sortir bien et
continuer à faire croître notre bénéfice”.
Babeau estime que la croissance en Inde ou en Chine par exemple devrait permettre de compenser le ralentissement ailleurs.

Version française Wilfrid Exbrayat

Leggi Anche
Scrivi un commento